La forêt abattue

Tracts et affiches largement diffusés sur Clamart.

Excellent accueil, les Clamartois.e.s sont abasourdis quand ils découvrent la surprise que leur réserve le maire dans la forêt de Clamart…

Publié dans Environnement Energie Santé | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

Préservons le bois de Clamart !

Le Tram 10 doit desservir les villes d’Antony, Châtenay-Malabry, Le Plessis-Robinson et Clamart et améliorer les conditions de mobilité dans ces communes.

A l’issue des phases de conception et de « concertation », menées tambour battant, le projet a été soumis à enquête publique en octobre 2015. Le groupe EELV Clamart a lors de cette enquête formulées un certain nombre d’observations, consignées dans le cahier d’enquête publique, portant notamment sur le lieu d’implantation du Site de Maintenance et de Remisage (SMR) aboutissant à la disparition de 5 ha de la forêt de Verrières, le tramway lui-même et son absence de liaison avec la gare du Grand Paris, les caractéristiques du terminus de Clamart, les parkings vélos sécurisés, les correspondances, la traversée du bois de Clamart…

Le 15 janvier 2016, la commission d’enquête a émis un avis favorable assorti de 5 recommandations et de 2 réserves. L’une de ces réserves aboutissant à une demande de modifier le tracé de la piste cyclable sur Clamart et de la faire passer le long de l’avenue de Trébignaud plutôt que par le chemin du vieux cimetière.

Le projet finalement adopté prévoit actuellement le format suivant pour l’avenue Trébignaud :

Il y a quelques semaines nous avons eu connaissance d’une demande déposée par le Département des Hauts-de-Seine le 18 décembre 2018, à la demande de la ville de Clamart, sollicitant l’avis de l’Autorité Environnementale sur une  modification visant à insérer une troisième voie routière sur la partie du tracé allant du carrefour Beaujard à la place du Garde :

« La surface totale d’impacts supplémentaires liés aux travaux de la 3ème voie sur les habitats d’espèces protégées est de 5 391 m2 (surfaces défrichées et déboisées supplémentaires par rapport au dossier de dérogation initial). Les surfaces supplémentaires consommées liées à la modification du projet sont d’environ 2 867 m2, ces espaces seront imputés à la Forêt de Meudon. »

Le descriptif du projet admet des nuisances sonores et des rejets atmosphériques liés à la circulation automobile mais affirme (sans le démontrer) que ce passage de 2 à 3 voies limitera les impacts environnementaux. Il conduit à un nouveau déboisement du bois de Clamart, qui rétrécit régulièrement au fil des divers projets mis en place, au profit de l’élargissement d’un axe routier. L’insertion du T10, telle qu’elle est prévue aujourd’hui, comporte déjà un déboisement conséquent du bois de Clamart sur la partie Est de l’avenue Trébignaud et le Sud de la rue de Meudon. De plus, 50 000 m2 de la forêt de Verrières ont également été déboisés pour l’installation du Service de Maintenance et de Remisage du T10, alors qu’il était possible de le localiser dans la zone d’activité Noveos. Ces déboisements successifs infligés aux forêts de Verrières et de Meudon-Clamart n’auraient pu avoir lieu si les élus concernés avaient réellement défendu la forêt de Verrières et si les demandes récurrentes des associations pour faire classer la forêt de Meudon-Clamart en forêt de protection avaient abouti.

Quel est l’intérêt de dépenser  plus de 400 millions d’euros pour implanter des transports en commun performants si dans le même temps on développe en parallèle des infrastructures visant à accroître le trafic automobile en zone urbaine dense ? Quid des conséquences sanitaires de la pollution atmosphérique ainsi engendrée ? De l’atteinte à la biodiversité ? De la cohérence avec la future zone à faible émission (ZFE) du Grand Paris dans laquelle se situe Clamart ?

En conséquence nous demandons instamment qu’Île-de-France Mobilités, le Conseil départemental des Hauts-de-Seine et la ville de Clamart retirent cette demande et que l’on revienne au projet initial.

Publié dans Environnement Energie Santé, Non classé | Marqué avec , , , , , , , | Laisser un commentaire

Et maintenant ?

L’adhésion à prix « libre » (à partir de 10€) est possible, rejoignez-nous !

Publié dans Européennes 2019 | Laisser un commentaire

Merci !

Merci ne nous avoir permis d’atteindre 18,5 % à Clamart !

 

Résultats des élections Européennes 2019 à Clamart :

Le parti du maire actuel arrive en 4ème position…
Va-t-on assister à sa soudaine conversion écologique 🌳🌲🌳🌲🌸🌸🌸 ?
A son ralliement à LREM ???
#MaireProfessionnel

Nous espérons d’ailleurs que, prenant en compte les nombreuses remarques faites lors de l’enquête publique, il reverra son projet Gare pour en faire un véritable projet écologique et social et non un mauvais pastiche d’une architecture fantasmée du 19ème siècle.

Pourquoi d’ailleurs se limiter au projet Gare ? Ce ne sont pas les projets immobiliers qui manquent à Clamart !

Publié dans Européennes 2019 | Laisser un commentaire

Convaincre…

Nous disions que la situation était grave. Chacun a maintenant conscience que le seuil d’alerte est dépassé. Nous pensions que cette campagne était importante. Nous savons désormais qu’elle est capitale. Le 26 mai n’appartient pas aux chancelleries des formations politiques. L’enjeu de cette élection dépasse de loin, les ambitions électorales de tel ou tel. Notre destin commun se joue dans les urnes. Non tantum sed etiam. Pas seulement dans les urnes, puisque c’est toute une société qu’il s’agit de transformer et que la politique n’a pas le monopole de l’invention du monde, mais aussi dans les urnes puisque la composition du prochain Parlement dépend des élections de ce dimanche. Un avenir meilleur est à portée de vote. Voila pourquoi chaque voix compte. Nul ne peut s’exonérer du devoir de mobilisation et de pédagogie. L’art de convaincre est un sport de contact. Les élections se gagnent au bouche à oreille. Alors Parlez, parlez, et parlez encore. Que votre verbe soit précis, lyrique, dénonciateur ou messianique, timide ou conquérant, nous vous conjurons de prendre la parole pour prendre votre part de la mission d’éducation populaire accélérée qui est celle menée par les militantes et les militants écologistes dans ces dernières heures de campagne.

Rien ne nous aura été épargné. Nous avons d’abord dû nous justifier de ne pas céder à l’appel des sirènes sociales-démocrates. Les fausses mains tendues se sont multipliées à l’automne. Place Publique, Génération.s ou Ségolène Royal nous ont tour à tour mis en demeure de faire de l’unité de la gauche la question principale de cette élection. Tous se sont dits écologistes. Au final, ils ont en commun d’avoir décidé que l’écologie ne pouvait être la colonne vertébrale de la période. Et ces amis de l’unité cheminent tous séparément. Leur point de vue est respectable. Mais ce n’est pas le nôtre. Nous voulons dans cette élection envoyer au Parlement européen le maximum d’élu.e.s écologistes. Pour arracher les mesures dont le climat a besoin. Notre stratégie est limpide : nous proposons un bulletin vert pour un groupe vert puissant capable d’imposer l’écologie comme force transformatrice de l’Europe. Les autres formations proposent un peu d’écologie dans un monde de brutes. Nous voulons un traité environnemental qui fasse de l’écologie la loi fondamentale. Voila toute la différence.

Passé le temps du chantage à l’union, est arrivé le temps des faussaires : chacun s’est cru autorisé à développer une écologie de contrefaçon, dans le seul but de transformer la question écologique en manne électorale. L’offensive la plus grossière a été menée par LREM qui a tenté de nous faire croire que l’hirondelle Canfin suffisait à faire advenir le printemps vert. But de la manœuvre ? Contenir la poussée électorale écologiste en promettant de faire en quelques jours ce qu’il n’ont pas souhaité faire depuis des mois. En bref, une opération de marketing politique sans lendemain, destinée à ramasser des voix en achetant des consciences.

Dans la dernière phase, c’est de la France Insoumise que les attaques ont jailli. Mensonges, approximations, accusations et calomnies utilisées à coup de canon sur les réseaux sociaux. Nous serions les complices du capitalisme, les alliés de Macron, les partisans de l’écologie des riches. Notre réponse est simple : non, non, et non. Rien de tout ceci n’a rien à voir avec la vérité. Le combat engagé par LFI est misérable. Nous ne baisserons pas la tête, et continuons jusque dans les derniers instants à faire campagne.

La variété des attaques qui nous visent indique la peur du changement que nous portons. Nous avons eu l’impudence de prétendre troubler le Yalta issu de la dernière présidentielle. L’audace d’appeler à cesser de reproduire à l’infini des clivages obsolètes. Il était normal que pleuvent sur nos épaules les reproches des tenanciers de l’ordre ancien. Raison de plus pour ne rien lâcher. Intensifiez vos efforts. Diffusez vos arguments. Portez notre vision d’une écologie sociale qui bouscule les positions acquises et les dogmes productivistes. Faites entendre la voix des pro européens qui n’en peuvent plus de voir l’Europe confisquée par les ultra libéraux. Répétez mille fois que nous refusons le monde dessiné par Trump, Poutine, Bolsonaro et Orban. Faites de cette fin de semaine le temps du sursaut que la planète attend. Prêtez votre voix à celles et ceux qui n’en ont pas. Demain, le 24 mai, à l’appel de la jeunesse, marchons ensemble une nouvelle fois pour le climat.

Et dimanche le 26 mai, faites émerger une force que l’on ne peut circonscrire. Votez et faites voter pour la liste Europe écologie.

Publié dans Européennes 2019 | Laisser un commentaire

Ne votez pas !

Publié dans Européennes 2019 | Laisser un commentaire